LES CHANTIERS DE L’ATLANTIQUE ONT REPRIS LEUR NOM HISTORIQUE

[ADHERENT] En juillet 2018, les chantiers navals de Saint-Nazaire sont redevenus « Chantiers de l’Atlantique » après avoir connu deux changements de nom successifs sur les douze dernières années. Un événement qui coïncide de manière symbolique avec le regain exceptionnel de commandes et de réalisations que l’entreprise a connu ces derniers temps.

En 2018, les 2900 employés des chantiers navals nazairiens associés aux milliers de salariés d’entreprises coréalisatrices, auront livré deux grands paquebots, dont le plus gros jamais construit dans le monde,  à leurs armateurs, et deux sous-stations électriques à des acteurs majeurs des énergies marines renouvelables. Dans le même temps, l’entreprise a engrangé de nombreux contrats, particulièrement sur le marché de la croisière, qui lui donnent une très bonne visibilité sur le moyen et long terme.

C’est dans ce contexte très favorable qu’intervient en juillet dernier une nouvelle qui aura  surpris  plus d’un observateur du secteur. Suite au désengagement de son propriétaire coréen, le groupe STX, l’entreprise annonce qu’elle reprend son nom historique de Chantiers de l’Atlantique, en accord complet avec ses nouveaux actionnaires*.

« C’est le nom qui nous sied le mieux »

Historiquement, la raison sociale Chantiers de l’Atlantique avait émergé une première fois en 1955,  suite à la fusion des deux entreprises de construction navale de l’estuaire, les Ateliers & Chantiers de la Loire et les Chantiers de Penhoët.

Au fil des ans, les Chantiers de l’Atlantique vont ensuite gagner une renommée mondiale sous ce nom, notamment avec la construction du transatlantique France, des pétroliers et méthaniers parmi les plus grands du monde, et en se lançant dès les années 80 dans la construction de paquebots de croisière moderne.

En 2006, Alstom, alors propriétaire des Chantiers de l’Atlantique depuis le début des années 80, revend sa filiale au groupe norvégien Aker Yards,  qui la cède bientôt au Coréen STX. Aker Yards France devient donc en toute logique STX France… jusqu’au rebondissement de l’été dernier.

Douze ans après, le nom de Chantiers de l’Atlantique s’est naturellement réimposé à tous, actionnaires, clients et salariés. « C’est le nom qui nous sied le mieux », a déclaré Laurent Castaing, son Directeur Général, « celui qui a fait notre notoriété dans le monde entier, celui qui est dans toutes les mémoires et qui fait l’unanimité ».

Reconnus comme un des leaders mondiaux sur les marchés des navires hautement complexes et des structures métalliques offshore, les Chantiers de l’Atlantique peuvent aujourd’hui aborder l’avenir avec confiance, grâce à un outil industriel de premier plan, et à une expertise reconnue dans les domaines de la conception, de l’intégration, des essais et de la livraison clé en main d’ensembles maritimes.

 

*L’entreprise Chantiers de l’Atlantique est actuellement détenue à 84,3 % par l’Etat français de façon transitoire, à 11,7% par Naval Group, 1,6% par les entreprises locales (COFIPME) et par ses salariés à hauteur de 2,4%. Conformément à l’accord franco-italien de septembre 2017, le groupe italien Fincantieri entrera au capital dès que les autorisations nécessaires auront été obtenues.